Tuer Hitler ; confession d’un officier allemand antinazi – Von Gersdorff, Rudolf-Christophe

Tuer Hitler ; confession d'un officier allemand antinazi

  • Auteur: Von Gersdorff, Rudolf-Christophe
  • Editeur: Tallandier
  • Date de parution: 26/10/2012
  • EAN13: 9782847349672
  • Genre: HISTOIRE DU 20EME SIECLE A NOS JOURS
  • Langue: francais

Resume de “Tuer Hitler ; confession d’un officier allemand antinazi”

Issu de l’un des plus anciennes familles d’aristocrates allemands, von Gersdorff est officier dans la Wehrmacht. Apres avoir pris part en 1939 a la campagne de Pologne, il demande et obtient sa mutation au groupe d’armees Centre pour l’operation Barbarossa lors de l’invasion de l’URSS. Son objectif: acceder au cercle des conspirateurs qui s’etait forme autour de la personne d’Henning von Tresckow pour tuer Hitler. Peu apres la vaine tentative de celui-ci au moyen d’une bombe dissimulee dans son avion, il se resout

… Lire la suite

a commettre un attentat-suicide contre Hitler.
Le 21 mars 1943, Hitler inaugurait une exposition a l’Arsenal de Berlin. Gersdorff, detache comme expert de l’exposition, decide d’en profiter pour se sacrifier en faisant sauter Hitler et les autres dirigeants nazis presents (Goring, Himmler, Keitel) au moyen de deux mines qu’il gardait dans les poches de son manteau. Alors qu’il avait deja declenche le minuteur, Hitler visita l’exposition au pas de course et sa presence fut plus courte que prevue. Gersdorff n’avait plus d’autre choix que de desamorcer le detonateur. Contrairement a celle de Von Stauffenberg, cette tentative est restee meconnue. Pourtant, elle fut d’autant plus decisive que Gersdorff garda l’explosif et le detonateur et ce sont ceux-ci qu’utilisa Stauffenberg. N’ayant jamais ete denonce, il put eviter l’emprisonnement et le jugement et fut ainsi l’un des rares membres de la Wehrmacht ayant activement resiste contre la dictature national-socialiste a survivre a la guerre. Apres cette tentative, il partit se faire oublier sur le front de l’est ou il decouvrit en avril 1943 accidentellement l’horreur de Katyn, ces fosses communes de milliers d’officiers polonais executes par les unites sovietiques du NKVD en 1940. En 1944, il est mute en France sur le Mur de l’Atlantique et est fait prisonnier l’annee suivante par les Americains.