Seoul, vite, vite ! anthologie de nouvelles coreennes contemporaines – Collectif

Seoul, vite, vite ! anthologie de nouvelles coreennes contemporaines

  • Auteur: Collectif
  • Editeur: Picquier
  • Date de parution: 06/04/2012
  • EAN13: 9782809703368
  • Genre: LITTERATURE ASIE (HORS JAPON)
  • Langue: francais
  • Format: 205x130x25
  • Poids: 368g
  • Nombre de page(s): 287

Resume de “Seoul, vite, vite ! anthologie de nouvelles coreennes contemporaines”

Huit auteurs, huit nouvelles ” Au grand magasin Sampung “de Jeong Yi-hyun, c’est la ou se rend une jeune femme lorsque se produisit, en 1995, l’effondrement du grand magasin. Sur le point d’entrer de plain-pied dans la vie active au terme de ses etudes universitaires, elle se reconnait naturellement dans cette societe consumeriste ou la valeur de l’etre se mesure d’abord a l’aune de son avoir. L’inventaire de ses moindres biens lui fera comprendre qu’elle n’est qu’une passante parmi d’autres dans les rues de la ville

… Lire la suite

. ” Cours papa ! “de Kim Ae-ran, relate, dans un style plein d’humour et de legerete, l’histoire d’une jeune fille reduite a imaginer le pere qu’elle n’a jamais connu. Dans un quartier pauvre de la capitale, le jeune provincial (son pere) accueille dans son logement une jeune fille (sa mere) qui vient de quitter le domicile familial. Apres plusieurs jours de conflit, elle finit par ceder a son compagnon a la condition expresse qu’il se procure sur le champ un moyen de contraception. Et l’homme de prendre aussitot ses jambes a son cou, et de s’enfuir definitivement a l’annonce de la grossesse annoncee, pour ne jamais plus revenir. C’est toujours en fuite que l’imagine plus tard sa propre fille abandonnee. ” Une bibibliotheque d’instruments “de Kim Jung-hyuk, a pour protagoniste un accidente de la route qui, au moment precis ou il est ejecte de son vehicule, a soudain la revelation qu’il ” serait injuste de disparaitre sans avoir rien accompli ” C’est cet evenement bouleversera le cours de sa vie, puisqu’il l’incitera a quitter son entreprise, a s’adonner a la boisson, mais aussi a imaginer tous les moyens en son pouvoir pour ” ne pas disparaitre sans avoir rien accompli “. Devant la vitrine d’un magasin de musique, voila qu’il se decide un jour a entrer pour offrir a son amie le violon achete. Avec ce geste il franchira ainsi une etape decisive de sa vie en decouvrant que tout ce qui participait de son identite s’est soudain vide de sens, en comprenant aussi qu’il se trouve livre a lui-meme dans sa recherche pour ” ne pas disparaitre sans avoir rien accompli “. L’heroine de ” J’ai achete des ballons ” de Cho Kyung-ran est une jeune femme de trente-sept ans qui vient a peine de rentrer d’un sejour d’etudes de dix ans a Heidelberg. Ni la reussite universitaire, ni la securite de l’emploi, pas plus que l’affection de sa famille ne l’accueillent a son retour au pays. Mais un sentiment de malaise resultant de cette longue absence Au terme de cette trop longue absence la ville de Seoul lui devient soudain etrangere et hostile dans l’epais brouillard qui semble entourer ses perspectives d’avenir. ” Une autobiographie feminine “de Kim Insook, est le recit d’un ambitieux convoitant un mandat electoral ecrit et raconte par une femme sous une forme autobiographique. Elle-meme honteusement resignee a faire ce panegyrique d’un jeune carrieriste contre une remuneration qui devrait lui permettre de se consacrer a sa propre ecriture sans contraintes materielles. Dans ” Quand viendra l’heure ” de Shin Kyung-sook, deux personnes se retrouvent d’un commun accord au bord d’un ruisseau ou remontent les saumons, la ou ont ete dispersees les cendres d’une ancienne comedienne de theatre qui s’etait donne la mort. C’est par la lecture d’un journal intime que le lecteur prendra toute la mesure de la solitude de cette femme. Dans ” La foret de l’existence ” de Jeon Seong-Tae, un humoriste rate s’en vient vivre dans un village perdu au fond d’une vallee pour y glaner les histoires entendues et les contes de vieilles femmes. Ce retour aux sources lui montrera cruellement l’inanite de ses propres histoires en meme temps que la futilite de ses recherches. ” Le demenagement ” Kim Young-ha, raconte avec une force details les evenements qui se sont produits le jour meme du demenagement d’un jeune couple s’installant dans un appartement plus grand, apres avoir quitte le lieu ou il a habite pendant cinq ans.