Oeuvres completes : oeuvres en prose et en vers (1868-1873) ; une saison en enfer ; illuminations ; lettres de Rimbaud et de quelques correspondants (1870-1875) ; vie et documents 1854-1891 – Arthur Rimbaud, Rimbaud

Oeuvres completes: oeuvres en prose et en vers (1868-1873) ; une saison en enfer ; illuminations ; lettres de Rimbaud et de quelques correspondants (1870-1875) ; vie et documents 1854-1891

  • Auteur: Arthur Rimbaud

    Rimbaud
  • Editeur: Gallimard
  • Collection: Bibliotheque De La Pleiade
  • Date de parution: 19/02/2009
  • EAN13: 9782070116010
  • Genre: LITTERATURE COLLECTIONS DE LUXE
  • Langue: francais

Resume de “Oeuvres completes: oeuvres en prose et en vers (1868-1873) ; une saison en enfer ; illuminations ; lettres de Rimbaud et de quelques correspondants (1870-1875) ; vie et documents 1854-1891”

Faire d’une “oeuvre petite et fermee comme un poing” (Pierre Michon dixit) quelque chose qui ressemble a un livre: delicate entreprise. Car il faut aussi que le livre ressemble a l’oeuvre et ne tire pas sa forme de vieilles routines. Rimbaud a fait imprimer Une saison en enfer et a peu pres rien d’autre. L’invention editoriale est donc permise. Subdivisions, periodisations, classifications et declassements ont parfois fait de l’editeur un biographe deguise ou un commissaire-priseur. Or, s’il s’est lui-meme essaye a

… Lire la suite

des regroupements, Rimbaud n’a jamais fini le travail. L’achever pour lui – distribuer ses oeuvres dans des cases enterinees par l’usage ou imaginees pour l’occasion -, c’est plaquer des categories posthumes sur une enigme vivante.
Sous l’intitule OEuvres et lettres – mais A la recherche d’une voix aurait ete un titre acceptable -, cette edition presente l’oeuvre (en prose et en vers) dans sa continuite (et ses ruptures), selon une chronologie averee ou conjecturale. De chaque poeme on offre, successivement, les differentes versions connues, y compris celles que Rimbaud a inserees dans ses lettres. La typographie varie selon qu’on donne a lire un manuscrit autographe ou une copie, voire une publication non autorisee par l’auteur. Puis viennent les lettres ecrites par Rimbaud entre 1870 et 1875 (dont les lettres du “voyant”, bien sur), avec a nouveau, le cas echeant, les poemes qui y sont inclus et qui peuvent donc etre lus, cette fois, dans leur contexte.
Tout ce qui suit est hors d’oeuvre. Sous l’intitule Vie et documents parait la “Chronologie”, qui est habituellement placee en tete des volumes de la Pleiade. On y glisse, a leur date, les lettres ecrites par Rimbaud de 1878 (“J’arrive ce matin a Genes…”) a sa mort. On propose en outre un choix de documents ; ils ne dissipent pas le mystere, tout au plus en dessinent-ils les contours. Mais qu’y a-t-il de plus enigmatique chez Rimbaud ? Son silence ? ou bien plutot sa voix ?