Les depossedes – Steve Sem-Sandberg

Les depossedes

  • Auteur: Steve Sem-Sandberg
  • Editeur: Robert Laffont
  • Collection: Pavillons
  • Date de parution: 18/08/2011
  • EAN13: 9782221116012
  • Genre: LITTERATURE NORDIQUE
  • Langue: francais

Resume de “Les depossedes”

Cree en 1940, quelques mois apres l’invasion de la Pologne par les nazis, le ghetto de la ville de Lodz (225 000 Juifs sur 600 000 habitants) va devenir le plus grand du pays. Alors que les Allemands avaient prevu d’en exterminer la population en moins d’un an, il ne sera ” liquide “, sur ordre d’Himmler, qu’en 1944. Pour expliquer ce sursis, le personnage controverse de Mordechai Chaim Rumkowski, president du Conseil juif, que Sem-Sandberg a place au centre de son roman. Traitre pour certains, heros pour d’autres,

… Lire la suite

Rumkowski a collabore avec les nazis pour transformer le ghetto en un immense atelier superproductif. Avec l’illusion que si les travailleurs juifs se rendaient indispensables a l’effort de guerre allemand, ils seraient epargnes. Pris au piege de sa logique, Rumkowski a sacrifie les improductifs, et s’est ainsi mue, consciemment ou non, en un rouage de la machine d’extermination nazie.
L’administration juive du ghetto comptait un services des archives. Y etaient regroupees tres officiellement quantites de faits concernant la vie quotidienne. Certains resistants y ont cache des informations non officielles, comme des bulletins de guerre allies, des cartes des fronts, des journaux intimes denoncant ce qui se passait reellement. En 2007, trois mille pages de la chronique ont ete traduites en allemand. C’est de ce materiau que s’est inspire Sem-Sandberg pour ecrire ce roman. Que peut-on accepter pour survivre ? Ou se situe la frontiere entre la dignite et l’abjection quand il s’agit de proteger ceux qu’on aime ? Telles sont quelques-unes des interrogations que suscite le personnage de Rumkowski – interrogations auxquelles personne, pas meme l’auteur, ne peut repondre absolument.
D’autres personnages peuplent le recit. Ils sont les representants de la bassesse et de la grandeur de la condition humaine. Ils sont les voix – la voix – du ghetto. Celles des ombres dans les ruelles, de ceux qui rusent pour echapper a la mort, pour trouver de quoi manger, pour sauver les leurs. Celles de ceux qui, sans moyens, resistent: en ecoutant les informations sur des postes de radio clandestins ; en redigeant et en cachant pour la posterite leurs temoignage ecrits. Celles de ceux qui trichent et tuent car, dans cet univers clos gouverne par une double terreur, ils ont encore de l’espoir.