La monarchie des lettres ; histoire, politique et litterature – Jacques Bainville

La monarchie des lettres ; histoire, politique et litterature

  • Auteur: Jacques Bainville
  • Editeur: Robert Laffont
  • Collection: Bouquins
  • Date de parution: 10/03/2011
  • EAN13: 9782221115930
  • Genre: EUROPE

    Politique et gouvernement
  • Langue: francais
  • Format: 198x132x30
  • Poids: 628g
  • Nombre de page(s): 1152

Resume de “La monarchie des lettres ; histoire, politique et litterature”

Il comprend quatre parties: ” Histoire et politique “, ” Voyages “, ” Contes et romans ” et ” Bainville en son siecle “.

… Lire la suite

La premiere illustre l’aspect le plus connu de Bainville: l’historien des relations internationales et en particulier franco-allemandes (relations analysees dans ses livres Bismarck, Histoire de deux peuples, Histoire de trois generations, Les Consequences politiques de la paix, La IIIe Republique, mais aussi dans ses articles parus dans de multiples journaux, dont L’Action francaise, Candide, L’Eclair de Montpellier ou La Revue universelle). Bainville a beaucoup voyage en Allemagne, il en connait la culture, en maitrise la langue: ses analyses s’imposent, on dit a l’epoque qu’il ” fait le Parlement “.
Les deuxieme et troisieme parties sont plus inattendues: Bainville, tout d’abord, raconte ses periples en Grece (Les Sept Portes de Thebes), en Italie (Tyrrhenus), en Europe centrale (Vienne, Budapest, Prague.) et en Russie, ou il est envoye par Aristide Briand en 1916. Fait notable, alors que le ” pelerinage ” en Grece est incontournable pour tout intellectuel qui se respecte, il en revient decu et n’hesite pas a ecrire ses desillusions. Bainville se fait ensuite romancier (auteur notamment d’une Histoire d’amour) et conteur (Jaco et Lori, La Tasse de Saxe). Le conte est en effet un univers dans lequel il evolue avec delectation, ideal, dit-il, pour les ” esprits ironiques “. L’histoire et la politique, toutefois, habitent chaque voyage, chaque conte: tout est pretexte a analyse, a elevation.
La derniere partie entend situer Jacques Bainville ” en son siecle “, celui de l’affaire Dreyfus et de l’Action francaise, qu’elle a enfantee. Historien monarchiste, proche de Charles Maurras, les lettres echangees avec ce dernier et publiees ici temoignent de cette proximite, Bainville, analyste froid et modere, pragmatique, est cependant dreyfusard ! Homme de convictions, donc, travailleur insatiable, auteur a succes, il est reconnu par ses pairs et elu a l’Academie francaise en 1935. Son discours de reception et celui de son successeur sont essentiels pour la comprehension de cet homme pessimiste, emporte par un cancer moins d’un an apres son election, le 9 mars 1936.
Quelques annees avant sa mort, Jacques Bainville avait commence a coucher quelques pensees intimes dans un petit cahier d’ecolier intitule ” Pour moi “. Il est donne ici dans son integralite pour la premiere fois. Pour la presente edition, l’auteur a redige une introduction generale, ” Le stoicisme d’un Cassandre “, et quatre autres pour ouvrir chaque partie. Une bibliographie bainvillienne commentee et un index onomastique completent cet ouvrage.