L’art revolte – Franz Krajcberg, un artiste pour sauver la foret – Pascale Lismonde – ACHETER OCCASION – 2005

L'art revolte - Franz Krajcberg, un artiste pour sauver la foret

  • Auteur: Pascale Lismonde
  • Editeur: Gallimard
  • Date de parution: 2005
  • EAN13: 9782070573134
  • Genre: NATURE
  • Langue: francais

Resume de “L’art revolte – Franz Krajcberg, un artiste pour sauver la foret”

A 84 ans, Frans Krajcberg a derriere lui une longue vie de lutte et de revolte.
En 1939, jeune Juif polonais, il echappe a la barbarie nazie et rejoint l’armee russe. Lorsque la paix revient, il decouvre qu’il est le seul membre de sa famille a avoir survecu. Tous les siens ont trouve la mort dans les camps d’extermination. Il quitte alors la Pologne, se rend a Paris ou il frequente le milieu artistique de Montparnasse et se lie a Chagall qui l’aide a partir pour le Bresil.

… Lire la suite




En 1957, dix ans apres avoir debarque sans un sou a Rio de Janeiro, il est consacre meilleur peintre bresilien a la biennale de Sao Paolo. Il navigue entre Paris, Venise ou il obtient un prix a la Biennale, et Ibiza. Mais le Bresil et sa nature exuberante, source d’inspiration de son art, lui manquent. Il se rend dans le Minas Gerais, region riche en minerais et en pigments aux couleurs magnifiques. Les materiaux que lui livre la foret lui permettent de commencer son travail de sculpteur.
A partir de voyages en Amazonie, Frans Krajcberg fait passer sa revolte dans sa creation. Il veut montrer la beaute du monde pour empecher sa destruction, faire voir la douleur des arbres pour freiner leur saccage.
Quelques annees plus tard, quand il s’intalle a Nova Vicosa, dans l’etat de Bahia, Frans decouvre une nature quasi intacte, une foret primitive qui borde la mer. Il fait evoluer sa technique avec les moulages en platre. Sur la plage, il repere des formes, un coquillage, les rides laissees par la maree… Le repertoire est illimite.
La, il vit dans une cabane de reve sur un arbre. Et continue a transformer les branches et les arbres en sculptures immenses, aux formes etranges…
« Pendant des annees, j’ai erre sur cette terre, dit-il ; plusieurs fois, j’ai cru enfin me poser. Toujours, on m’a chasse. Ici, a Nova Vicosa, dans ma foret profonde, je me sens indestructible. »