Journal secret (1836-1837) – Aleksandr Sergeevic Puskin

Journal secret (1836-1837)

  • Auteur: Aleksandr Sergeevic Puskin
  • Editeur: Belfond
  • Date de parution: 17/02/2011
  • EAN13: 9782714448583
  • Genre: LITTERATURE RUSSE
  • Langue: francais
  • Format: 226x142x21
  • Poids: 283g
  • Nombre de page(s): 201

Resume de “Journal secret (1836-1837)”

A Saint-Petersbourg, en 1836-1837. ” Les livres et les femmes se ressemblent. Il m’en faut beaucoup. Ouvrir un livre, c’est comme ecarter les jambes d’une femme, la connaissance se devoile sous vos yeux. J’aime les femmes et les femmes m’aiment en retour. J’aime la poesie et la muse est folle de moi “. A la veille d’un duel qu’il pressent fatal, le plus grand poete russe se met a nu, libere de toute contrainte, dans un texte sulfureux dont il sait qu’il ne pourra etre publie que bien apres sa mort, quand la censure

… Lire la suite

cessera de sevir en Russie. Confessions intimes erotiques et tragiques, ou l’ecrivain nous revele des details inconnus sur l’homme, les difficultes de sa vie maritale aux cotes d’une epouse tres belle et trop courtisee, ses relations complexes avec le Tsar Nicolas Ier, protecteur genereux et censeur d’autant plus severe, et surtout sa passion pour les femmes ? plus forte encore que celle, legendaire, pour le jeu ?, qui le conduira a sa fin tragique. Seducteur insatiable, amant de ses belles-soeurs aussi bien que de catins racolees dans les rues de Saint-Petersbourg, organisateur d’orgies dont il expose en detail le ceremonial, sa veneration pour le sexe feminin lui fait multiplier les aventures comme un saint homme qui visiterait toutes les eglises pour mieux prier Dieu. Avec le stakhanovisme du laid savourant sa revanche, lui, le nain au visage de singe marie a une deesse, Pouchkine ne trouve de plaisir que dans la variete. Mais l’epoux adultere et libertin ne supporte pas les ecarts de sa femme. Et quand elle se prete aux jeux erotiques du Tsar, ou sourit aux oeillades de d’Anthes, un jeune baron francais qui fait sensation a la cour, Pouchkine se laisse devorer par la jalousie. Il va alors causer peu a peu sa propre perte jusqu’a provoquer en duel d’Anthes dont il pressent qu’il sera sa Nemesis, envoye par Dieu pour le punir. ” Je pousse tout a l’extreme et cette voie me mene a l’autodestruction “.