Fahrenheit 2010 – Isabelle Desesquelles

Fahrenheit 2010

  • Auteur: Isabelle Desesquelles
  • Editeur: Stock
  • Collection: Creme
  • Date de parution: septembre 2010
  • EAN13: 9782234064478
  • Genre: LETTRES ET LINGUISTIQUE CRITIQUES ET ESSAIS
  • Langue: francais

Resume de “Fahrenheit 2010”

” Tu l’aimes ton travail. A ce point ce n’est plus un travail mais une passion. Ta passion est de vendre des livres, partager des monceaux de litterature et respirer au milieu des chefs-d’oeuvre, les proteger et les servir. Tu lis, tu lis encore, tu lis toujours, tu cherches et tu trouves, une langue, des histoires, un vertige incomparable, infini voudrais-tu. Tu es libraire. Etais. C’est fini la passion, la destruction a commence. En 2010, plus besoin de 451° fahrenheit pour faire disparaitre les livres, certaines

… Lire la suite

librairies sont la pour ca. Non, le livre a vendre n’est pas une marchandise de plus. A y travailler et ne pas l’oublier, on se grandit. C’est sacre, les livres. En vertu de quoi des librairies, ces lieux couverts de livres, ne le seraient-elles pas, elles aussi ?
Et si tu faisais confiance aux mots encore une fois, et s’il y avait un livre la-dedans. Un livre qui raconterait comment on en arrive a supprimer ce que l’on aime le plus et a se detruire soi au passage. ” Isabelle Desesquelles est libraire depuis quinze ans. Depuis peu, son univers tapisse de livres explose sous la pression d’une multinationale avide de faire du chiffre, et non de servir le futur lecteur, seule richesse de son metier. On lui ordonne de se debarrasser au plus vite de son stock au profit de stocks piles. On lui demande de participer a un seminaire qui termine dans une boite ou des femmes denudees se tremoussent sous ses yeux. De porter des gilets orange pour bien faire comprendre au client qu’il est en presence d’un vendeur, pas d’un passionne.
En vingt chapitres, l’auteur raconte une vie vouee aux livres, habitee par la litterature, sauvee par la fiction. En vingt chapitres, elle dit l’absurde, la detresse, la violence dans lesquels on peut s’enfoncer surement et pas si lentement en voulant defendre ces quelques milliers de livres auxquels nous devons tout. Poussez la porte et entrez dans le monde de Blondinet, Gus, Beurk et les autres.