Christophe Colomb, le voyageur de l’infini – Patrick Girard

Christophe Colomb, le voyageur de l'infini

  • Auteur: Patrick Girard
  • Editeur: Editions 1
  • Date de parution: 04/05/2011
  • EAN13: 9782846122740
  • Genre: LITTERATURE FRANCAISE ROMANS HISTORIQUES
  • Langue: francais

Resume de “Christophe Colomb, le voyageur de l’infini”

Une collection de grands romans historiques avec pour theme: LES CHEVALIERS DES MERS 1446-1506.
On a voulu faire de lui un precurseur du monde moderne qui commencerait avec la ” decouverte ” de l’Amerique, continent dont il ne soupconna jamais l’existence. En fait, Christophe Colomb est un homme du Moyen Age, nourri de l’esprit de chevalerie et des croisades, impregne de courants millenaristes chretiens et juifs, pour lequel les terres qu’il decouvre sont autant de routes vers la Jerusalem terrestre et celeste.

… Lire la suite

L’homme qui ouvrit a l’Europe la route vers les Ameriques n’avait jamais soupconne decouvrir un Nouveau Monde. Profondement enracine dans l’imaginaire medieval, il ne revait que d’une chose, liberer Jerusalem et le tombeau du Christ en financant la Croisade par les richesses de Cypango, l’ile mythique decrite par Marco Polo. Son enthousiasme et sa sincerite le preparaient peu a dejouer les pieges qui lui furent tendus, et a eviter d’etre manipules tant par les Portugais que par les Espagnols ou par ses propres compatriotes.
Ce chevalier des mers, plus a l’aise au demeurant sur terre qu’a bord d’un navire, fut, en depit ou a cause de ses defauts et de ses erreurs, un formidable aventurier, aussi reveur que genereux. Ce sont les annees de sa vie qui vont de sa naissance a la nuit du 13 octobre 1492 au large d’une ile caraibe que retrace ce nouveau roman historique de Patrick Girard, premier volume consacre aux grands navigateurs et decouvreurs.
Une saga en forme de thriller, ou l’affrontement du bien et du mal dissimule parfois de sordides reglements de compte. Mais aussi de formidables revanches comme celle prise par Colomb sur la posterite, a laquelle rien ne le destinait.